TLEMCEN : la chanteuse Nésrine Ghénim musique andalouse

Elle est issue d’une famille de mélomanes originaires de Nédroma. Elle commença à étudier la musique andalouse dés l’âge de neuf ans au sein de l’Association Awtar Tilimssen et elle y restera jusqu’à l’âge de seize ans.

SETIF: Concours du meilleur Blog Culturel en Algérie.

L’Assemblée populaire communale en collaboration avec le comité des fêtes de la ville de Sétif vient de lancer un concours du meilleur Blog Culturel en Algérie pour l’année 2012 (du 05 février 2012 au 05 mai 2012).
Ce concours,le premier du genre en Algérie, récompensera le meilleur contenu original à caractère culturel, artistique et littéraire pour engager les jeunes à utiliser sainement et utilement les supports d’Internet et les encourager à la créativité intellectuelle.

BECHAR : Hadjadj Houria; une voix prometteuse.

C’est depuis l’âge de six ans que j’ai commencé à chanter.Ensuite, en 1990, je suis passé à la radio régionale de la wilaya de Béchar. J’ai étudié à l’université Abou Bekr Belkaid de Tlemcen et j’ai obtenu mon diplôme de licence en droit. J’ai étudié aussi au conservatoire musical du chef lieu de wilaya à El Mechouar.

ORAN : Leila Benmrah, la soliste en musique andalouse.

Elle est issue d’une famille composée de mélomanes avec qui elle découvre et apprend la musique andalouse à l’âge de sept ans selon Leila Benmrah. La critique musicale lui trouve de belles prédispositions dans cette discipline ce qui lui permet ensuite d’évoluer avec le chef d’orchestre Mohamed Fouad Benm’rah membre de l’Association Musicale Andalouse « El Mansourah »,…à Oran depuis 1979.
En 2009, elle devient la vice-présidente de l’association El-Mansourah d’Oran.

TLEMCEN: Colloque international l’EMIR ABDELKADER Homme de tous les temps.

ABDELKADER: Homme de tous les temps
Nul personnage du XIXe siècle n’a pu intriguer l’histoire autant que l’Emir Abdelkader en qui tout le monde reconnaît la grandeur d’esprit et l’immensité de l’œuvre. Non seulement ses concitoyens algériens et avec eux leurs coreligionnaires musulmans, mais de France aux Etats-Unis, de Russie au Vatican et du Viêtnam au Venezuela, ceux des peuples les plus divers et des nations les plus éloignées ont fait de lui le héros des combats pour la justice et la liberté où il se révèle tour à tour poète ou stratège, guerrier ou pacifiste, soufi ou philosophe, ascète anachorète ou amoureux des femmes, modèle de foi ou
homme d’Etat, soldat ou apôtre de la paix, incarnant formidablement le prototype de l’Homme Universel. Unissant en soi les contrastes, l’Emir se présente, comme un logogriphe indéchiffrable, à la fois doux et farouche, dont la vie résume toute l’expérience humaine.

TLEMCEN: avec le soliste Karim Boughazi.

Avec Karim Boughazi :
J’ai débuté à l’âge de douze ans avec l’association Nadi El Djamil sous la direction d’Abdelkader Bekkai par des chansons et Madih Eddini dans les établissements scolaires.
A l’âge de dix huit ans, je me suis inscrit à l’association Kortobia dirigée par Salah Boukli. Il a remarqué mon talent et m’a donné des solos dans la nouba andalouse.Au cours de cette même période, j’étais étudiant à l’université Abou Bekr Belkaîd de Tlemcen.
Ensuite, j’ai intégré l’association Riad El Andalous en 1994 et on a eu le premier prix du festival du printemps où j’étais avec le maître Cheikh Ahmed Serri.
Après quelques années, je me suis lancé dans la carrière du professionnalisme et en 1999 j’ai lancé mon premier album ( avec des chansonnettes un peu rythmé, l’andalous, les chansons de mariage). J’ai suivi cette voix d’éditions d’albums de 2010 à 2011 sur le patrimoine etc.
Je prépare actuellement un coffret sur la Nouba.
J’ai participé au festival de Blida en 2002, au jumelage de Tlemcen avec Constantine et j’ai eu de la chance de rencontrer le grand maître Cheikh Tahar Fergani. Dans le cadre de l’année de l’Algérie en France avec l’orchestre Redouane et d’autres artistes de Tlemcen on a animé une soirée au siège de l’Unesco à Paris et j’étais félicité
J’ai participé également à des émissions radio et de la télévision nationale, à la manifestation d’Alger capitale de la culture arabe et j’ai animé des soirées à l’auditorium de la radio d’Alger, une tournée dans l’ouest algérien ainsi qu’aux concerts de l’exposition nouba et hommages aux maîtres de la musique andalouse à Tlemcen, aux tournées artistiques et à la semaine culturelle de Tlemcen à Tlemcen.
gadiri mohammed

TLEMCEN : la soliste Mérième Bénallal.

Avec la soliste Mérième Benallal.
J’étais découverte à l’occasion de la célébration de la journée du Savoir à la maison de la culture en 1998, lorsque j’animais une fête avec mon établissement scolaire Hafid Tenessi, les Cerisiers.
A partir de ce moment,j’ai intégré l’association Awtar Tilimsan durant trois ans pour l’apprentissage de la musique classique et instrumentale.

SEBDOU: les journées du monologue.

le cinéma El Amal de Sebdou a abrité les journées du monologue organisés par le département théâtre du 09 au 16 février 2012: canibale du Tna Soufiane Attia,la coopérative Anis Sétif – Redjla à 100% Lamri Kaouane,Coopérative Errimah Alger Essouad Fi El Amal( Rim Takchout),Théatre Ettaj Bordj Bou Arréridj Ouarda ( Tounas Ait Ali), coopérative Théâtre Médina d’Oran Mohammed Fi Bilad Essirab (Samir Zemmouri),cooprative Eddaraja Oran El Machrouoo ( Mohamed Yebdri),association Sarkha Skikda El Madani Sofiane, théâtre régionale Guelma Ahlam Tabakharrat Moufida.

TLEMCEN: parution d’un livre de Benmansour Abderrahim "Ain Hout z, berceau des Béni Souleimane premiers Roi de Tlemcen.

Aîn El Houtz, ce village lié à Tlemcen par sa population oû les familles sont intimement mélangées par le sang, la parenté, la possession de terres, collé à Tlemcen par ses traditions, son langage, ses us et coutumes, ses fêtes…

Parution du livre de Karim Younès : De la Numidie à l’Algérie, Grandeur et Rupture.

Ce livre ne peut être rangé ni dans le genre autobiographique ni dans celui de mémoires. L’autobiographie constitue une forme particulière de « l’écriture de soi » et des « récits de vie ». Les mémoires sont un genre littéraire au croisement de l’autobiographie de l’histoire et du journal intime, ils sont l’apanage des grands hommes qui ont marqué l’histoire par un rôle digne d’être rapporté dira Karim Younès lors de la présentation de son livre « de la Numidie à l’Algérie, Grandeur et Rupture » au salon national du livre poalais des expositions de Koudia Tlemcen, le 22 décembre 2011.