ALGER: La Nuit des Publivores de la cinémathèque Jean Marie Boursicot sera le 31 mars 2011 à la Salle Atlas.

lA Nuit des Publivores® de la cinémathèque Jean-Marie Boursicot célébrera son 30ème anniversaire à Alger le 31 mars 2011 à la salle Atlas.
Vous en avez certainement entendu parler,cette fois-ci , vous aurez l’occasion d’y assister ! Après avoir conquis plus de 50 pays à travers le monde, la Nuit des Publivores® de la ciné-mathèque Jean-Marie Boursicot, célébrera son 30ème anniversaire à Alger le 31 mars 2011 à la Salle Atlas.
Créée par Jean-Marie Boursicot et organisée par l’agence Insigne Conseil, la Nuit des Publivores® est un spectacle de 4 heures de films publicitaires du monde entier et de toutes les époques, mettant en avant le côté cinématographique et artistique de la publicité.
Le programme, rythmé de façon vivante et interactive, alterne anciens et nouveaux films.
Les grandes sagas publicitaires côtoient des spots inédits. Versions longues, choquantes, délirantes, kitsch ou exotiques, les publicités d’hier et d’aujourd’hui se réunissent dans un hommage à la créativité et au spectacle.
La Nuit des Publivores® de la cinémathèque Jean Marie Boursicot, s’adresse à un large public : fans de pub, amateurs de cinéma, néophytes ou juste aimant faire la fête.
Le culte publivore se célèbre sans réserve dans une aimable convivialité divertissante. En effet, lors de la Nuit des Publivores®, le spectacle est autant sur l’écran que sur scène. Un programme inédit a été spécialement concocté pour que la Nuit soit encore plus folle !.
gadiri mohammed 28 janvier 2011

Publicités

TLEMCEN: expositions de la direction régionale de la Douane à l’université.

Tlemcen: expositions à la bibliothèque centrale de Imama.

La direction régionale de la douane de la wilaya de Tlemcen a organisé ce mercredi une exposition à la bibliothèque centrale de l’université Abou Bekr Belkaid de Imama pour la sensibilisation des étudiantes et étudiants sur les réalisations de cette institution nationale, ses rôles pour la protection de l’économie nationale, les bilans de l’année écoulée des inspections ( Maghnia, Ghazaouet …)., de la brigade régionale de lutte contre les stupéfiants de Tlemcen.

Par ailleurs, une communication a été présentée sur  » la connaissance avec catalyseur d’excellence » par un professeur de l’université.

Au cours de cette journée, plusieurs travailleurs de la douane de la wilaya ont été promus à des postes supérieurs.

gadiri mohammed 26.01.2011

TLEMCEN: Journée d’information au CFPA de Metchkana

Formation professionnelle et d’apprentissage.

Tlemcen : Journée d’informations pour les stagiaires de la formation professionnelle.

Une journée de sensibilisation et d’information pour les stagiaires du centre de formation et d’apprentissage (CFPA) a été tenue à Metchakana, centre ville, en présence du directeur de la formation de wilaya, de la section syndicale, du représentant de l’agence nationale de soutien à l’emploi de jeunes (Ansej), de l’emploi ( Anem) de la caisse nationale du chômage (Cnag), de l’agence nationale de gestion du micro crédit ( Angem).

Au cours de cette journée, ces responsables ont expliqué les modalités de création d’une micro entreprise, le parcours en plusieurs étapes de l’idée à l’élaboration, la réalisation, le démarrage et la mise en exploitation du projet, les conditions, la présentation des dispositifs qui sont en place avec l’accompagnement. En plus des aides financières et les avantages fiscaux octroyés, le rôle et adhésion au fonds de garantie, de la formation du promoteur etc.

Plusieurs jeunes, les nouveaux diplômés de la formation professionnelle et de l’apprentissage envisagent de créer des micro entreprises, de s’insérer dans la vie professionnelle et d’être utile pour la société.

Au cours de cette journée, une cinquantaine de femmes au foyer ont obtenu le diplôme de fin de stage dans la spécialité de la patisserie, aprés une formation qui a duré plusieurs mois.

Rappelons que d’autres journées portes ouvertes et d’information sont tenues au niveau de toutes les structures de la formation professionnelle et d’apprentissage de la wilaya.
Gadiri Mohammed 24.01.2011

TLEMCEN: Le programme des manifestations scientifques de l’université en 2011

Université-
TLEMCEN, CAPITALE DE LA CULTURE ISLAMIQUE 2011
Tlemcen : un programme d’activités scientifiques de l’université.
Un programme de manifestations scientifiques a été établi par l’université Abou Bekr Belkaid dans le cadre de » Tlemcen Capitale de la culture islamique 2011″.
En effet, sept colloques sont prévus :sur Histoire de la cité de Tlemcen et de sa région à l’occasion de la journée nationale du Chahid, la Poésie féminine à Tlemcen à l’occasion de la journée internationale de la femme, l’islam au Maghreb et le rôle de Tlemcen dans la propagation de l’islam , les Penseurs et figures illustres de Tlemcen à l’occasion de la journée du Savoir, l’œuvre de Mohamed Dib , la poésie et la musique andalouse: l’école de Tlemcen , les savoirs faire ancestraux de Tlemcen et de ses environs , Tlemcen terre d’accueil après la chute de l’Andalousie , histoire littéraire de Tlemcen ,les Routes de la foi (soufisme)
Par ailleurs, l’université a programmé des journées d’études sur : L’islam et l’orientalisme : dialogue interculturel , la vie économique et le Waqf dans le monde Islamique,l’éthique médicale, procréation médicale et thérapie Génique, Tlemcen et ses environs études toponymiques à la lumière des technologies de la communication, la déontologie médicale, le livre vecteur d’ouverture de la culture musulmane, la modération dans le développement de la culture islamique, en collaboration avec l’Association des oulémas musulmans algériens et le forum mondial pour la modération en Jordanie,le rôle des institutions dans la lutte contre les méfaits, siècles d’histoire partagée: vers un avenir commun , constitutions et Islam,les prélèvements et les greffes d’organes,la médecine et médecins de Tlemcen entre le 10ème et le 20ème siècle,les droits de la femme et de l’enfant dans le monde Musulman..
En outre, des expositions seront tenues sur divers thèmes : les manuscrits musulmans, les échanges Bejaia – Tlemcen, l’âge d’or des sciences arabes, Mohamed Dib, l’astronomie à Tlemcen, la production scientifique de l’université de Tlemcen et d’autres universités du territoire nationale, l’archéologie, les arts, des livres sur l’Algérie et Tlemcen, Tlemcen à travers les photos, les archives sur Tlemcen de la lutte de libération nationale.
En plus des travaux d’éditions d’ouvrages sur la stratégie de défense, de conquête ou de victoire en méditerranée des textes de l’architecture et l’aménagement, de Tlemcen l’essor d’une métropole islamique méditerranée.
Des échanges entre universités par le biais de la visioconférence , de l’organisation de l’olympiade des mathématiques, des concours et prix pour les meilleures œuvres scientifiques, littéraires et artistiques sur l’islam et les défis contemporains.
Gadiri Mohammed

TAMANRASSET:Alimentation en eau potable de la ville de Tamanrasset à partir de Ain Salah (plus de 700km)

L’amélioration de l’alimentation en eau potable de la ville de Tamanrasset nécessite la mobilisation et le transfert des eaux souterraines ( nappe de l’Albien) de la région de Ain Salah, sur une distance de plus de 700 kilomètres, et avec une capacité nominale de 100 000 m3/jour a t’on appris auprés de Mme Oughad Hjila la directrice de la planification et de l’aménagement du territoire de la wilaya. Ce projet de grande importance, qui est e cours de réalisation,permettra à cette région de se développer, ainsi que l’agriculture et l’industrie.
Cette wilaya a connue une métamorphose ces dernières années grâce à un développement rapide, pour améliorer la situation à un développement durable, des projections et études qui ont été faites a t’elle ajouté.
C’est pour l’avenir de Tamanrasset en tant que pôle rayonnant.
D’organiser la ville, de la rendre structurée avec la participation de tous, une politique pour la bande frontalière à développer ( 1200 kms) avec le Niger et le Mali, aussi le maillage urbain, de la cohérence, créer des structures pour les populations; le désenclavement, la route transaharienne.il y a une satisfaction, mais reste beaucoup à faire pour donner à Tamanrasset un nouveau visage.
Elle soulignera, qu’il est organisé à chaque fois des campagnes de volontariat pour rendre Tamanrasset une ville propre, avec l’engagement de tous les moyens disponibles.
Il y a des réalisations qui sont en cours : la cour de justice, le centre universitaire avec 5000 places et 2500 lits à la fin du quinquennal avec ouverture de nouvelles filières pour les étudiantes et étudiants, un hôpîtal psychiatrique, une école paramédicale, un nouveau hôpital programmé, une école des handicapés sourds muets aveugles à Ain Salah ( 700 kms de Tamanrasset), un foyer pour enfants abandonnés…
La directrice a soulignée que l’hopital de la wilaya est dôté des moyens sophistiqués mais se trouvent dépourvus de spécialistes et un manque en praticiens..
gadiri mohammed 28 décembre 2010
————————–
Quelques données sur les caractéristiques du transfert:
-Captage et collecte de l’eau: situé à 70km au nord de Ain Salah et comprend 24 forages de 600 ml de profondeur chacun, un réseau de collecte des eaux de forages d’un linéaire totale de 100 km, réservoir de tête :50.000 m3.
-Transport de l’eau: 1258 km de conduite répartis en 214 km en écoulement gravitaire (diamètre 1200 à 1400 mm) et 1044 (deux fois 522) en refoulement ( diamètre 700 à 900 mm).
-pompage de l’eau: 6 stations de pompage équipées chacune de 3 groupes motopompes (diesel convertibles au gaz naturel) dont un groupe de secours.
-Ouvrages d’arrivée à Tamanrasset: station de déminéralisation d’une capacité nominale de 100.000 m3/jour, centre de controle, réservoir d’arrivée 50 000 m3/jour.

TLEMCEN: Le Carnaval de Ayrad et le Yennayer 2961 chez les Béni Snous.

Le carnaval de Ayrad ( le lion en Tamazight) qui coincide avec la fête traditionnelle de Yennayar est célébré chaque année au village de Khémis situé dans la commune de Béni Snous.
Il s’inscrit dans l’esprit de la solidarité communautaire et de l’attachement au sacré.
Plusieurs hypothèses marquant la vie culturelle de cette région concernant cet évènement annuel sont avancées, sur ses us et coutumes.
Cependant, l’hypothèse la plus connue pour le moment est « l’évènement qui date en l’an 950 avant j.c. qu’elle associe a un fait historique qui s’est déroulé dans la localité de Khémis, distante de 45 km du chef lieu de la wilaya de Tlemcen » mais reste à vérifier encore.
Même les recherches anthropologiques menées n’ont donné aucun éclairage palpable sur cette cérémonie festive qui date depuis des millénaires.
L’institutionnalisation du Carnaval de Ayrad est utile pour la mise en valeur de ce patrimoine des Béni Snous.

TLEMCEN: Six délégués des scouts musulmans algériens au dixième Congrés.

Tlemcen: préparation du congrès des scouts musulmans algériens.

La préparatation du dixième congrés des scouts musulmans algériens a été le thème d’une assemblée générale tenue au siège de l’association pour la sauvegarde et la promotion de l’environnement dans la wilaya en présence d’un membre du comité national.

Au cours de cette assemblée six délégués ont été élus en vue de représenter la wilaya au prochain congrès prévu à la fin de ce mois à Alger.

Cependant, des propositions seront émis par les structures de la base concernant la nouvelle stratégie des scouts, le réglement intérieur, l’organique et les programmes au cours des ateliers qui seront tenus cette semaine.
Le congrés réunira entre 600 et 650 délégués de wilayas à Alger.
Par ailleurs, le Congrés International des scouts se tiendra au Brésil le 14 janvier prochani.
gadiri mohammed

TAMANRASSET: Trois Festivals Culturels institutionnalisés.

culture-

Tamanrasset : trois festivals culturels institués dans cette wilaya.
La wilaya de Tamanrasset dispose d’un festival local sur la culture populaire, le festival culturel national de la musique et la culture Amazigh et le festival international des arts de l’Ahaggar a t’on appris auprés de Farid Begbagui le directeur de la culture. Et une dynamique de la pratique des activités culturelles a été établie ces dernières années.

En éffet, 150 associations culturelles sont agrées par les services de la réglementation générale de la wilaya et sont en majorité de femmes ( l’Imzad, le Tindé, le folklore etc).

Les espaces culturels existants sont situés dans la maison de la culture de Tamanrasset et le centre culture de Ain Salah, de dix campins en dur, de deux hôtel Tahat de l’entreprise de gestion touristique et un privé.

Il a ajouté que la wilaya a bénéficié d’un projet de la réalisation de neuf bibliothèque: une au chef lieu de wilaya qui est à 80 % , quatre sont ouverts à Abalessa ( à 100kms), Idlès ( à 160 kms) Ain Salah ( à 800 kms) et Tazrouk est à 1800m d’altitude, une autre à Adriyyen sera ouverte à la fin de ce mois.Elle est construite selon les normes de l’unesco dans le cadre du projet que chaque commune aura sa bibliothèque.

Et également une bibliothèque ambulante qui est un don du Japon avec celle de Illizi., le projet d’un autre bibliothèque à Ain Guezzam ( à 400kms), une autre à Silet ( à 140 kms).

Par ailleurs, il y a aussi le projet de 4 salles de lecture, un projet de thèâtre en plein air, un projet d’un espace de théâtre régional, d’une école de musique, de la rénovation de la salle de cinéma pour 7 milliards de centimes, la rénovation de la bibliothèque

pour six millairds de centimes avec étude réalisation et son équipement.

Il a souligné en plus la restauration des sites historiques de Kassabat Silet ( la Résidence) et la réalisation de trente logements pour les besoins de l’office du parc national de l’Ahaggar ( Onpa) de Tamanrasset a ajouté Farid Begbagui le directeur de la culture.

gadiri mohammed.

http://www.flickr.com/photos/marceldemun_art/

TLEMCEN: Les richesses culturelles éxposées à la maison de la culture de Tamanrasset

Tlemcen: les richesses culturelles de la cité des Zianides à Tamanrasset.
La semaine culturelle de la wilaya de Tlemcen a été clôturée à la maison de la culture de Tamanrasset par une soirée en présence des autorités et élus de cette wilaya , par la présentation de la musique et chansons Hawzi de l’orchestre Bensaad Fodil ainsi que les facettes du mariage Tlemcenien avec ses us et coutumes et d’habits traditionnels. Le public qui a assisté, jeunes et adultes, a longuement applaudi ce spectacle réussi.
Lors de cette semaine le commisariat du festival des arts populaires de Tlemcen a éxposé les richesses culturelles de la cité des Zianides: habits traditionnels, livres, arts culinaires, le tourisme, les bijoux, la céramique etc, un défilé de modes d’habits traditionnels, l’arts plastiques,la présentation de la musique hawzi et moderne, le théâtre pour enfants et adultes, le folklore Alaoui.
En outre,de l’animation de soirées à l’enceinte de la place à côté de la maison de la culture.
et également, la délégation de Tlemcen a visité le Hoggar, Tamanrasset, la ville de El Menia ( Ghardaia )au cours de son passage.
Soulignons que la délégation a été hebergée à l’hôtel Tahat de Tamanrasset.
Gadiri Mohammed.

GHARDAIA: Les activités culturelles pour la célébration de Yennayer 2961.

CULTURE-

Ghardaia : célébration des festivités de Yennager 2961.
Des activités culturelles sont prévues les 11 et 12 janvier à Ghardaïa, dans le cadre de la célébration du nouvel An amazigh Yennayer 2961, a-t-on appris auprés de Assad El Hachemi Directeur de la promotion culturelle du Haut Commissariat à l’amazighité (HCA).

En effet, le programme comporte un diner de Yennayer ( imensi n Yennayar), l’initiation à l’écriture et la lecture de Tamazigh sous forme d’ateliers pour enfants et adultes animée par Habib Allah Mansouri Sadik Lazouguène Boussad Kébir Smail Merzouk, la poésie dans toutes les variantes lingusitiques amazighes, les tables culinaires avec la participation des wilaya de Ghardaia, Tlemcen, Tipaza, Tizi Ouzou, Bordj Bou Arréridj, Sétif, Adrar et Khenchela, l’animation artistique, des expositions divers. Et aussi, un mini salon du livre et du multuimédia amazigh,une table ronde sur la dimension nationale de la traadition de Yennayer sera animée par Mahboub Abdelaziz Tlemcen Abdelwahab Fekhar Ghardaia Abdellah Ben,daoud Tipaza Helouane Hacene Tizi Ouzou,une conférence autour de Yennayer et l’histoire des Imazighènes par Mohamed Oubelkacem Kheddam et Habib Allah Mansouri,la visite du musée des arts traditionnels de l’association Temekres de Béni Izghen, animation en 3 d autour du patrimoine avec la participation des stagiaires du centre de formation professionnelle et de l’apprentissage de Mermed par Beskri Djilali, un hommage du haut commissariat à l’amazighité à quelques figures culturelles de Ghardaia oeuvrant à la promotion de l’Amazighité : Houache Abderrahmane, Tirichine Salah,Daoudi Omar,Fekhar Abdelwahab, Marouf Mohamed El Hadj, Nouh Abdellah a jouté ce responsable.
Par ailleurs, un diner sera offert par le Wali de Ghardaia aux participants, les enfants victimes des inondations et enfants sourds muets et handicapés (de Metlili, Dhaya Ben Dhaoua, association Béni Izghene) à la résodence de la Wilaya.
Une soirée animée par Fadli Salah et Belherat Slimane.
C’est quoi Yennayer ?
Le nouvel An Amazigh, Yennayar, est traditionnellement célébré la veille du 12 janvier ( le 11 janvier au soir). Cet évènement est fêté et vécu par la quasi majorité des Maghrébins dans la joie, la convivialité et la solidarité .
Ce jour de l’an amazigh est généralement feté par tradition indépendamment d’une qulconque portée sociologique et historique. Saud, que ces dernières années, avec la prise de conscience identitaire et la réappropriation de l’histoire nationale , la reconnaissance de cette date dépasse la portée traditionnelle de l’évènement pour se placer comme repère historique de tous un peuple.
Des différentes hypothèses avancées sur l’origine de yennayer ( non pas en tant que calendrier agraire mais beaucoup plus par rapport à sa date de naissance) la plus plaussible et la plus répandue est celle qui remonte l’origine de cette célébration à l’année ou un amazigh accède au trône de la 22ème dynastie pharaonique en Egypte.
Il est avéré dans l’histoire que les nations et les peuples ont tous des référents et des repères temporels. des exemples sont multiples: les Grecs par les jeux olympiques de 776 avant J.C, les chrétiens avec la naissance du christ, les musulmans avec l’éxode du Prophète Mohammed de la Mecque vers Médine.
Comme on trouve, aussi, la majorité des peuples font des périodes de règne de leurs rois les dates repères de leur histoire , les Imazighen ont choisi la date de 950 avant J.c , l’année durant laquelle, leur roi Chachnaq a mené une bataille contre les Pharaons qu’il a battu en instaurant un la 22ème dynastie dont il se fit roi.
cette date de portée symbolique marque de son empreinte une période historique qui glorifie le peuple amazigh, qui de son côté, a le devoir de mémoire.
le 01 yennayer qui correspond au 12 janvier marque le début de l’année agraire que les populations célèbrent avec des rites symbolisant la fertilité, la joie et la solidarité.
Le repas de Imensi n yennayer » (couscous poulet entres autres) est ce symbole qui présage une année riche et prospère.

Yennayer connu et reconnu par les différentes régions d’Algérie mérite de faire partie de la nomenclature des fêtes nationales.

Yennayer au At Mzab:

Dans la région des At Mzab, la célébration de Yennayer « Yennar » se fait par la préparation d’un met spécial; un gateau à base de farine et sucre, une sorte de zlabia, appelé « Takdurt ». Elle enrichit la z’rira à base de semoule et « Klil » qu’on prépare en guise de bienvenue ,accompagnée du couscous connu sous le nom « ucutini ».il doit être préparé le jour « j » à base de dattes et autour duquel doit se rassembler la grande famille.

Les Mozabites se recueillent sur les tombes de leurs proches la veille. Les femmes, quant à elles, préparent autour des bouquala la « tazamit », la tamina,  » Zerza », « tagdourt » et Abi Ahanou le « 13 » pour les enfants. Les maisons Mozabites sont connu par leur architecture spéciale . il y a le rez de chaussé et le 1er étage qui donne directement sur une cour interne. les femmes accueillent les enfants qui montent au 1er étage, s’asseoit autour de la cour tout en tenant à la main leur « Abi Ahanou ». ( les friandises et gateaux) offerts par les femmes. Ils chantent « Abi Ahanou », prophère Nouh, Nana Lou, ou sadaka allah) et crient tous ensemble d’une seule voix « hé! »et jettent leur Abi Ahanou dans la cour ou les femmes ont déjà disposé un drap par terre pour ramasser ces friandises et les mettre dans des sachets en nylon en plusieurs parts équitables selon le nombre des enfants qui refont la même chose chez d’autres familles.
Gadiri Mohammed