la reserve de chasse tlemcen

la reserve de chasse tlemcen
Tlemcen : un plan d’action pour la réserve de chasse.
La réserve de chasse de Tlemcen a été crée par décret éxécutif n°83/126 du 12 février 1983, est située dans la forêt domaniale de Hafir, à environ 26 km du sud ouest du chef lieu de wilaya.
Elle fait partie des monts de Tlemcen et occupe une superficie de 2156 ha s’étendant sur les territoires de Sebra, Ain Ghoraba, Béni bahdel, Bouhlou,Sidi Médjahed.
Elle est limitée au nord par les terres agricoles de la vallée de Sidi Ouriach, à l’est par le sommet de Ain Djadja et crêtes du massif montagneux qui l’entourent, à l’ouest par le long de Djerf El Abiod, les versants de Djebel Bou Mederer, les pieds du versant Ouest du Djerf El Guelaa et autour de Djebel EL Mnaker, au sud les parties de crêtes et les versants sud de Djebel Ras Moutas jusqu’aux terres labourables El Mnaker. Le Djebel de Ras Moutas est à 1303 m. d’altitude.
( ces photos sont de la reserve de chasse tlemcen)
.photo 0001photo 0002photo 0003photo 0004photo 0005

Ses missions est de protéger et de développer la faune,d’aménager le biotope des espèces qui y vivent en mettant en place notamment les équipements et moyens pour permettre au gibier de vivre dans des conditions optimales tels que l’aménagement de point d’eau, l’amélioration des conditions de son alimentation par l’introduction de cultures supplémentaires. Et en plus, d’établir et de tenir l’inventaire du patrimoine cynégétique, de servir de lieu d’observation de recherche et d’expérimentation du comportement de la faune existante.
Il signalera que le territoire de la réserve est couvert d’une végétation diversifiée qui crée les conditions favorables pour le développement des différentes espèces de gibier.
La faune compte des espèces animales qui se rencontrent dont des espèces d’oiseaux, des espèces de mammifères dont les protégées et introduites, les reptiles,les espèces amphibiens et ceux sont protégées.

photo 001photo 002
concernant le plan d’action, des actions de développement cynégétiques sont menées pour le repeuplement de la reserve et les zones initiales par le moufon à manchettes, le cerf daim introduit en 1983 par une mission Bulgare, une trentaine de sujets à l’état sauvage, la gazelle de cuvier ( de montagne) comme étant une éspèce à protéger et à développer qui est en projet,le lapin de garenne en projet de développement de cette espèce vu sa rareté dans la zône, le perdrix de gambra se développe à l’état sauvage.
href= »http://www.blog.ca/media/photo/photo_003/2727459″ title= »photo 003″>photo 003photo 004
Pour le programme du lâcher, le directeur de la reserve a souligné que chaque année, il y a le lâcher du faisan commun, la caille, le canard colvert, il y a le suivi du développement du gibier pour avoir la potentialité et la quantité suffisante du gibier à plumes, le gibier à poils, les prédateurs, pour actualiser les inventaires, il y a la carte cynégétique de la réserve en projet, de même que l’élaboration des plans de chasse.
,notre interlocuteur Guellil Lokman, a affirmé que des travaux d’entretiens ont été effectués au niveau des huit stations de gibier éxistante, un point d’eau, bassin, mirador, agrenoirs, abris dans le cadre du budget de fonctionnement de la réserve, la réfection des clôtures, enclos et volières, entretien des sources naturelles et points d’eau, le traitement phytosanitaire, nettoiement, chaulage, desherbage, des objectifs du maintien et amélioration des biotopes.
phopo3photo 1photo 02photo 03photo 4

En outre la protection, par la surveillance du massif forestif en monture de service, la mobilisation des moyens matériels et humains., il y- a eu de l’amélioration cynégétique, avec de l’enrichissement de la base fourragère en ceréaliculture par l’avoine, orge et blé tendre, la plantation rustique par l’olivier, amandiers, le pistachier, du programme des hauts plateaux de la conservation des forêts de tlemcen, le suivi des opérations d’équipement, la réalisation d’un plan de gestion par le service technique pour la période de 2008 à 2012 en cours d’approbation par la tutelle notamment la direction générale des forêts.
La faune sauvage est une ressource naturelle renouvelable, qui dans le cadre de sa gestion, peut créer des emplois et generer des revenus financiers que les chasseurs sont prêts à payer pour exercer cette activité : la chasse. Même l’homme, peut actuellement profiter de cette richesse renouvelable tout en respectant les principes de la gestion durable.

href= »http://www.blog.ca/media/photo/photo_5/2727491″ title= »photo 5″>photo 5photo 06

En parallèle, il y a eu aussi la sensibilisation des chasseurs et la population riveraine sur l’importance du patrimoine faunistique et floristique de la réserve, la convention avec les organismes à caractère scientifique, technique et administratif ( université, la conservation des forêts, le parc national, le centre cynégétique, l’institut national de la recherche forestière ;…)
mohammed gadiri 11 août 2008

( ces photos de la reserve de chasse tlemcen)

Publicités

4 réflexions sur « la reserve de chasse tlemcen »

  1. Bonjour,
    SVP,est ce que vous avez une photo du Djebel Ras al-moutas ?Car ma tante est décédé dans une grotte de ce Djebel, en Chahida avec deux autres Chahidates et 11 Chouhadas (ils étaient 14 en tout ,3 Femmes et 11 Hommes).
    Je recherche aussi toutes information relative au bombardement de cette grotte ou à cette histoire.
    Merci

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s