sebdou: un été comme les autres

SOCIETE
Sebdou : un été comme les autres.
L’été de cette année est tout à fait semblable aux années écoulées à Sebdou. Il n’ y a rien de nouveau qui mérite à être cité.
Dans cette commune, la chaleur est suffocante, puis un hiver avec le froid dur, de la neige et gelées à partir du mois de novembre et même peut être auparavant. Avec le gaz de ville, une partie du problème sera résolu pour que les citoyens pourront au moins se chauffer à leur guise, plus meilleure que le chauffage de la bouteille de gaz butane ou le gaz oil.
La saison de l’été à Sebdou représente seulement une halte pour rentrer vers une autre saison, c’est la période des mariages, des fêtes des familles qui se rencontrent chaque week end pour célébrer une nouvelle union de jeunes couples, vers un avenir radieux, de nouveaux bébés plusieurs mois après qui donnent à ces familles de la joie et la gaieté.
La circulation est devenue très dense quotidiennement du matin au soir par des cortèges de voitures bien parées et des klaxons qui ne s’arrêtent pas. Durant la nuit, toutes sortes de chansons et musiques des d.j. sont mises à profit jusqu’à une heure tardive du matin, sans se rendre compte qu’ aux alentours il y a des personnes malades, des vieux, des enfants ect. qui ne peuvent supporter tout ce son nocturne.
Cependant, à part ces fêtes, le problème d’alimentation en eau potable des cités est toujours d’actualité. Les citoyens ne savent plus la journée d’arrivée d’eau dans les robinets, ils sont désorientés par le programme de cette distribution, un programme inconnu du public et non affiché afin de ne pas faire des mécontents.
Pour ce qui est de la culture, il n y a à redire dans ce sujet, puisqu’il n’existe aucun plan d’activités au niveau des maisons de jeunes de la commune.. Les sections de scout musulman algériens sont à encourager, car ils ont un plan de charge d’activités et de formation durant toute l’année. La bibliothèque de la maison de jeunes est toujours fermée, c’est la question qui reste posé et qu’il y a des jeunes qui aiment vraiment la lecture.
Pour le sport, deux tournois de foot ball ont été organisés au stade communal, le premier à l’honneur du boulanger Latrèche Bouhassoune et les treize victimes de la déflagration de la bouteille de gaz à la boulangerie en novembre 2001, le second tournoi concerne les jeunes de moins de seize ans, et le tournoi de hand ball à la mémoire de Fritel Moussa.
Pour la journée, dés les premières heures de la matinée les cafés de tout le centre ville et ailleurs font le plein.
Concernant les veillées, tous les commerces sont fermés à partir de vingt et une heures.
Il n’y a rien d’étonnant cet été à Sebdou seule la réalisation de la piscine semi olympique couverte qui est en cours.
Mohamed Gadiri.

———————————————————————————————————.

Sebdou : Le jardin public fermé.
Le jardin public situé au centre ville de Sebdou est fermé depuis plus d’une décennie. Cette dernière a été aménagée par un remue ménage particulier.
La terre végétale a été enlevée et remplacée par du béton armé sur toute sa superficie.
En voyant que ce travail n’a eu aucun sens et que le jardin a perdu toute sa beauté, c’est au tour une autre fois de la création des allées et leur remplissage par de la terre et sa plantation par divers espèces de fleurs et de plants d’ornement par l’association de l’environnement appelé au secours, afin de redonner à ce jardin public son visage d’anton.
Mais depuis, ce jardin est fermé, et les citoyens ne trouvent que les cafés pour se reposer.
Mohamed Gadiri

Publicités

TLEMCEN: Absence de Structures à Oujlida.

Tlemcen : le manque d’infrastructures à Oujlida.
La localité de Oujlida située à quelques encablures du chef lieu de la commune de Tlemcen, manque d’infrastructures adéquates pour son développement. Ces insuffisances influent négativement sur les conditions de vie des citoyens selon certains, obligés à faire de longs déplacements pour l’obtention du moindre document dont ils ont besoin. Un résident de cette agglomération dira à ce propos : «nous manquons de tout à Oujlida. Nous n’avons ni lycée, ni une antenne administrative, ni aire de jeux pour nos enfants, ni maison de jeunes, ni agence postale …etc ». A soouligner qu’Oujlida est habitée par plus de 5000 âmes. Durant la décennie écoulée, elle a bénéficié d’un programme de construction de logements de types collectifs et de logement socio participatif. Par ailleurs, le projet de raccordement de la cité au réseau du gaz d ville est en cours et les travaux lancés depuis longtemps trainent toujours.
Mohamed Gadiri.

sebdou: championnat de foot ball moins de 16 ans

Sebdou : championnat de foot ball d’inter quartiers.

Le championnat d’inter quartiers de foot ball pour les jeunes âgés de mois de seize ans a débuté le 27 juin dernier au stade communal 18 aout 1955 de sebdou avec la participation des équipes suivantes : groupe a : Tébouda, El Hilal Essabdaoui, Djebel Lakhdar, Noujoum Carthage, le groupe b : cité chahid Bouanani Hocine, Mélaab Essabdaoui, El atlas, Chabab Sebdou, cité chahid Larbi Ali, Elmadina Eljadida, El djazira.
88|Ce championnat prendra fin la fin de ce mois dira Kébir Mohammed le responsable du club Wifek de Sebdou, chargé de l’organisation, par la distribution des cadeaux d’articles de sports pour encourager ces jeunes à faire plus d’efforts et les encourager à d’autres succès sportifs.
Par ailleurs, l’objectif est de permettre à ces catégories de jeunes de d’exprimer, de démontrer leurs talents techniques.
Mohamed Gadiri.

TLEMCEN Le Désespoir d’un Jeune Universitaire qui se Perd.

:lalala: Tlemcen Un éspoir qui se perd.
Il y avait un jeune dynamique et turbulent. Il avait beaucoup d’espoirs et de rêves d’avenir. Il a passé son enfance dans de bonnes conditions ainsi que ses études dans le primaire et le moyen avec de bonnes notes en fin d’années et chaque trimestre des encouragements et félicitations.
Dans le secondaire, il a été orienté dans un lycée vers une filière de technologie tout juste crée et sans moyens ni professeurs. Il a fait son recours au niveau de la direction de wilaya pour opter vers se filière préférée depuis de longues années :la sciences de la nature et vie, mais la réponse attendue était bien négative, alors que d’autres du même cas ont reçu leurs nouvelles orientations désirées, ou vers un autre lycée pour dépasser ce cap.
Cette désorientation l’a beaucoup marquée mais n’a pas cassé ses espoirs croyant bien lutter encore longtemps. Il a étudié les trois années dans cette filière, mais le résultat attendu fut un échec. Il se prépare à refaire sa classe de terminales mais dans une autre filière de l’enseignement. Lors de la rentrée scolaire, il a refait une autre demande de recours de changement d’orientation, mais n’a été acceptée que difficilement par la commission pédagogique vers la littérature. Pour cette année il avait un seul objectif, c’est de décrocher son diplôme du baccalauréat et se diriger vers l’enseignement supérieur. Il a été admis avec une bonne moyenne et il est redevenu encore heureux et ces signes de tristesse ont presque disparu. Mais c’était pas la fin, il en reste encore.
A l’université, il a passé ses quatre années et a eu sa licence, il a fait beaucoup de photocopies de son diplôme, il croyait que les portes vont s’ouvrir par la chance des autres. Il disait toujours ‘ je suis diplômé de l’enseignement supérieur et j’aurai le travail facilement ‘ Il ne savait pas que l’environnement qui l’attendait est le plus pire, le plus cruel. Il est resté dix neuf mois sans travail, hittiste comme en dit dans notre jargon, il a écrit des lettres partout, frappé à des portes ou il n’y a que des promesses pour vous laisser un brin d’espoir, même les amis ont été sollicités mais absents au fond de la réalité.
Au cours du mois d’avril, il y avait un poste de professeur dans un établissement de l’enseignement moyen, pour remplacer une dame est sortie pour accouchement pour une durée de trois mois sans plus.
La famille de ce jeune a tout fait et il a été recruté pour ce poste vacant. Il a enseigné pendant une semaine, puis le chef de service de la direction de l’éducation a refusé d’approuver son contrat de travail pour le simple motif qu’il est sursitaire, il n’a pas accompli son service national. Ce résponsable a oublié qu’il y a une circulaire signé par le chef du gouvernement qui autorise ces jeunes sursitaires a exercer des emplois comme les autres catégories, et sans entraves aucune. Mais ce chef de service n’ a pas voulu réparer son tort. Il existe des cas similaires de sursitaires qui ont recrutés pour des postes vacants.
Malgré toutes les tentatives, ce problème est resté là, dans cette situation.Une journée après, ce poste de professeur par contrat de trois mois a été donnée a une dame proche du gestionnaire de cet établissement.
Durant cette période la famille de ce jeune a fait des recours, des requêtes, mais personne ne l’a entendu, car la donne a changé complètement aujourd’hui et aucun ne connaît comment avoir son droit pas la simple formule., ?
Mais avec qui, dans un pays ou vous ne connaissez même pas ou se trouve votre avenir. Vous poserez la question ? pourquoi les jeunes aiment ils partir ailleurs, au lieu de rester içi. Il leur manque ce droit absolu. Ailleurs, il trouve le tout.
Tout l’espoir de longues années d’études et de rêves est parti en fumée.
Mohamed Gadiri